Audianers_Joeri-Thienpont_header.jpg

L’enthousiasme et l’intérêt sont récompensés chez Audi Brussels

En tant que « Top Employer 2018 », Audi Brussels offre de nombreuses possibilités de développement pour les collaborateurs jeunes comme expérimentés. Joeri Thienpont, 28 ans, l’illustre bien. À travers sa soif d’apprendre, son attitude professionnelle et son esprit d’initiative, il a bâti une carrière passionnante, allant d’un poste d’opérateur à la chaîne à celui de technicien de mesure 3D pour être à présent analyste.

« Il est essentiel de faire connaissance avec de nombreuses personnes au sein d'une grande organisation telle qu’Audi Brussels. Chaque étape de mon parcours professionnel apporte par conséquent sa valeur ajoutée. »

Joeri Thienpont a toujours été fasciné par l’informatique. Après ses études secondaires en informatique industrielle, il a suivi une année en informatique appliquée, puis une autre en divertissement par les arts numériques, où il est entré en contact avec la 3D. N’ayant pas terminé ces deux formations dans le supérieur, Joeri s’est retrouvé sur le marché du travail en tant qu’informaticien A2. Il n’était pas évident de trouver un emploi dans le secteur.

Les bons conseils de son père, qui était actif depuis plus de 30 ans chez Volkswagen/Audi, ont été avisés. « Il m’a dit de commencer en tant qu’opérateur à la chaîne et de voir quelles étaient les possibilités d’évolution. C’est ainsi qu’en 2012, j’ai pu commencer à travailler en intérim à l’« Anbauband », sur le site où l’on monte des pièces telles que des portières et des hayons de coffre sur des voitures. Mes connaissances et mon intérêt dans le domaine automobile étaient encore très limités à ce moment-là ; je n’avais même pas encore mon permis de conduire. »

Le talent ne passe pas inaperçu

Joeri a été actif en tant qu’opérateur pendant deux ans. Son enthousiasme et son intérêt en la matière ne sont pas passés inaperçus. « C'est ainsi qu’on m’a proposé de débuter au poste de technicien de mesure 3D sous contrat fixe en tant qu’ouvrier. Un technicien de mesure 3D effectue une numérisation 3D d’une pièce ou d’une voiture, la compare aux schémas techniques, dresse un rapport sur les écarts visibles et transfère ce dernier pour analyse. »

Immersion linguistique sur le lieu de travail

Au bout de quatre années de travail en tant que technicien de mesure, Joeri était prêt pour la prochaine étape de sa carrière. Depuis octobre 2018, il est analyste au statut d’employé et responsable de la zone « Front » de l’Audi e-tron, c’est-à-dire de toutes les pièces situées à l'avant du véhicule.

« Nous vérifions chaque voiture qui sort de la chaîne de montage et en fin de journée, nous dressons un rapport sur les erreurs les plus courantes. Ma tâche consiste à analyser ces erreurs le plus minutieusement possible et à trouver une solution au problème en collaboration avec mon équipe. »

Un A2 à un niveau d’ingénieur

Le poste actuel de Joeri est généralement pourvu par un ingénieur. « C’est la raison pour laquelle je suis tout de même fier d’avoir atteint ce niveau en tant qu’A2. Bien évidemment, je vais encore suivre des formations pour me qualifier davantage, notamment en analyse et présentation ciblées. J’aurais aussi pu suivre un cours de langue en option, mais ce n'est plus nécessaire. J'ai été élevé en néerlandais, je vis près de la frontière francophone et je maîtrise maintenant aussi l’allemand. Les deux premiers mois de mes débuts ici en tant que technicien de mesure 3D, j’ai en effet été « contraint » de collaborer avec un collègue allemand. Avec du recul, ce fut le meilleur moyen d’apprendre une nouvelle langue. »

Les pièces du puzzle s’assemblent

Pour Joeri, les pièces du puzzle s’assemblent peu à peu, chaque étape de son parcours professionnel apportant une valeur ajoutée. « Il est essentiel de faire connaissance avec de nombreuses personnes au sein d'une grande organisation telle qu’Audi Brussels. Grâce à mon réseau auprès des opérateurs, puis des techniciens de mesure, j'ai non seulement appris à connaître des gens au sein de la production, mais aussi auprès du département qualité. En tant qu'analyste, je noue encore de nouveaux contacts. »

De nouveaux postes se libèrent régulièrement au sein d’Audi Brussels et l’on commence toujours par rechercher des talents en interne. « Il faut saisir les opportunités qui se présentent. Le réseau que j’ai bâti au sein d’Audi Brussels est très important ; de cette manière, je fais mon petit bonhomme de chemin au sein de l’organisation. Pas à pas, je poursuis mon développement. Je vois encore tant d’opportunités d’évolution ici. Tout tourne autour de la motivation et de la passion. »

Source : Jobat